Comment savoir si mon double vitrage est faiblement émissif?

Comment savoir si mon double vitrage est faiblement émissif?

Comment savoir si mon double vitrage est faiblement émissif?

En parlant d’isolation thermique d’un vitrage, il est important de connaître ou modifier les propriétés en surface du verre pour empêcher des déperditions d’énergie. La propriété responsable se mesure avec un coefficient d’émissivité. Il doit être aussi bas que possible. Posée sur une des faces internes d’un double-vitrage, une couche faiblement émissive permet de bloquer l’énergie dans les longueurs d’ondes situées dans l’infrarouge tout en laissant passer celles du spectre visible.

GÉNÉRALITÉ : PETITE PRÉCISION SUR LES PONTS THERMIQUES

Lorsque l’on parle d’isolation, cette notion est récurrente. Quelques explications supplémentaires sont ici apportées par notre vitrier, pour une meilleure compréhension dans le fonctionnement de l’isolation de votre habitation. On parle de pont thermique pour désigner les espaces dans une habitation où l’isolation est rompue. Cela peut être le cas lorsqu’une variation de résistance thermique apparaît. Responsables d’une mauvaise isolation, l’humidité peut s’y condenser et générer des dégât sur le long terme. Les ouvertures, portes, fenêtres mais aussi les caissons pour volets sont propices aux ponts thermiques.

Mettre en place une rupture de pont thermique est donc synonymes de pose de moyens pour les éviter. Pour les fenêtres, l’aluminium est un excellent conducteur de chaleur. Il n’est donc pas très avantageux d’avoir recours à une double vitrage performant sur un châssis en aluminium quand celui-ci n’est pas soumis à une rupture de pont thermique.

LE CAS DU DOUBLE VITRAGE : RECONNAÎTRE UNE FAIBLE ÉMISSIVITÉ

Les double-vitrages à faible émissivité laissent passer deux fois moins de chaleur que les autres. Grâce à une pellicule invisible à l’oeil nu qui recouvre la surface intérieure d’une des deux vitres, la chaleur est renvoyée dans le logement. Pour savoir si cette sélective est présente, un test assez simple peut être réalisable chez soi.

Briquet, bougie, ou allumette en main, il est temps de passer à l’épreuve du feu. Devant la vitre, quatre reflets de la flamme devraient apparaître, ce qui correspond a un reflet par face de vitrage. Un double vitrage conventionnel, les reflets auront exactement la même teinte. Si celui-ci est faiblement émissif, le deuxième reflet en partant de l’intérieur prend une teinte violacée. Elle contraste avec la couleur jaune habituelle des trois autres réflexions.

De jour comme de nuit, ce test est réalisable n’importe quand excepté lorsque la lumière du soleil est trop éblouissante. En effet, le changement de couleur est causé par la couche d’oxyde métallique qui réoriente vers l’intérieur les infra-rouge rayonnés par l’habitat. Le rouge, voisin de l’infra-rouge, est alors émis, ainsi le reflet rouge/violet est perçu à l’oeil nu.

 

vitres

 

Le dépôt de couches faiblement émissives permet une meilleure maîtrise des déperditions thermiques par rayonnement. Le coefficient Ug du vitrage isolant est améliorée par la même occasion. Les verres faiblement émissifs peuvent être trempés ou feuilletés pour une fonction de sécurité. Feuilletés acoustiques, et ils ajoutent une isolation acoustique performante, et autonettoyants ils participeront à votre confort d’entretien. Les vitrages orientés au Nord et à l’Est doivent être performants en termes d’isolation thermique pour un bon confort l’hiver et éviter l’apparition de ponts thermiques. Pour les petites ouvertures, il est préférable de recourir au chauffage. Pour tout renseignement, précision, assistance ou optimisation de votre isolation, nos artisans vitriers restent à votre disposition.